Catégorie : Extérieur

Les massifs de fleurs permettent une décoration quasi parfaite pour votre jardin. Si leur composition semble à la disposition de tout le monde, pourtant il n’est pas toujours facile d’obtenir un résultat satisfaisant. Comme il n’existe aucun règlement précis pour la composition d’un massif de plantes vivaces, il existe pour autant des principes essentiels à prendre en compte.

Comment composer un massif de fleurs vivaces ?

La composition d’un massif de plantes vivaces fait partie des étapes les plus cruciales dans la composition de votre massif fleuri. Les plantes que vous choisissez doivent toutes capables de s’adapter aux mêmes terrain et climat. Voilà pourquoi, il est important de privilégier des plantes vivaces, forte et forestier. Ces variétés de plantes offrent de jolies courbes très décoratives grâce à leurs fleurs aux couleurs vives.

Quelle plante pour un massif sans entretien ?

La composition d’un massif de plantes vivaces peut constituer de nombreuses variétés de fleurs robustes qui n’ont pas besoin d’entretien. Cela dit, ces plantes n’ont pas besoin d’arrosages et peuvent survivre dans des conditions assez rudes. Voici quelques variétés de fleurs que vous pouvez utiliser.

  • Le laurier rose : Il n’a besoin que d’une forte exposition au soleil et d’un sol bien drainé pour survivre. Toutefois, il supporte à la fois les fortes sécheresses et d’autres conditions extérieures extrêmes.
  • Gaura Lindheimer : Une plante vivace à vie courte (3 à 4 ans), mais très abondante en fleurs.
  • La boule azurée : Pousse généralement dans les parties sud de la France avec des climats chauds, la boule azurée peut vivre sans être entretenue.
  • Gaura Lindheimer : Une plante vivace à vie courte (3 à 4 ans), mais très abondante en fleurs.
  • La boule azurée : Pousse généralement dans les parties sud de la France avec des climats chauds, la boule azurée peut vivre sans être entretenue.

 

Comment faire un massif avec des arbustes ?

Les massifs d’arbustes jouent un rôle à la fois esthétique et pratique, puisqu’ils apportent de la couleur et de la hauteur à votre jardin. Selon vos objectifs, envisager intelligemment l’endroit parfait pour lequel vous le planterez. Le plus simple est de dessiner un plan sur papier, de la structure de votre jardin, ainsi que de dessiner le massif d’arbustes, tel que vous le souhaitez. Ensuite, choisissez les plantes appropriées en fonction des caractéristiques liée au type de terrain. Par exemple, le cyprès vert, d’éléagnus, le lonicera, de bambou, etc.

Quelles plantes pour un massif persistant ?

Par contre, si vous souhaitez un massif qui fleurit, même pendant l’hiver, les massifs à feuilles persistantes s’avèrent une solution plus adéquate qu’une composition d’un massif de plantes vivaces.

Fuchsia : une plante agréable pour un massif persistant, car elle possède des fleurs aux couleurs variées, présente l’été jusqu’à l’automne.

  • Fuchsia : une plante agréable pour un massif persistant, car elle possède des fleurs aux couleurs variées, présente l’été jusqu’à l’automne.
  • Orchidées : rares, insolites, fascinantes et belles, les orchidées sont des plantes robustes qui disposent des variétés assez faciles à cultiver.
  • Orchidées : rares, insolites, fascinantes et belles, les orchidées sont des plantes robustes qui disposent des variétés assez faciles à cultiver.
Read Full Article

Si votre jardin est en pente, vous vous êtes sûrement demandé comment le niveler ? Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles vous pourriez vouloir aplanir un terrain :

  • pour la sécurité
  • écoulement des eaux souterraines
  • diminuer les risques des coulées de boue
  • la facilité de marche
  • pour la culture de légumes 
  • ou à la préparation d’un jardin pour une terrasse ou une aire de jeux, 
  • Etc …

 

Il y a des raisons infinies, mais ce que vous voulez vraiment savoir est ceci : comment niveler un terrain vous-même ?

Si vous ne savez pas comment mesurer la pente ou l’angle de votre terrain, faites défiler jusqu’au bas de la page pour découvrir exactement comment le faire vous-même, sans outils ni accessoires sophistiqués.

Comment niveler un terrain ?

Terrain légèrement dénivelé ou petite surface à niveler

  1. Utilisez un marteau pour enfoncer des piquets dans le sol à l’extrémité haute et basse de la pente. Vous devez tracer une ligne régulière entre les deux, soit à l’aide d’un laser, soit avec un morceau de bois fort et un niveau à bulle.
  2. Creusez le sol avec une pelle pour niveler le terrain.
  3. Après avoir creusé le sol, vous devez briser les gros morceaux de terre en utilisant la pointe de la pelle. Répétez le processus jusqu’à ce que vous retourniez la totalité de la parcelle.
  4. Nivelez maintenant le sol en ratissant la terre.
  5. Vous pouvez tasser la terre de votre terrain en utilisant le bas du râteau ou vos pieds si la zone que vous avez nivelée est petite.
  6. Vaporisez un peu d’eau sur le sol pour l’aider à se tasser rapidement.

 

Terrain extrêmement dénivelé ou grande surface à niveler

  1. Utilisez un marteau pour enfoncer des piquets dans le sol à l’extrémité haute et basse de la pente. Vous devez tracer une ligne régulière entre les deux, soit à l’aide d’un laser, soit avec un morceau de bois fort et un niveau à bulle. 
  2. Pour le drainage, et pour que votre maison soit sûre et sèche et ne soit pas endommagée par l’eau, vous devez ajuster la pente du terrain de 2,5 cm tous les 1,2 mètres.
  3. Il est fortement conseillé d’enlever l’herbe pour faciliter un grand nivellement  travail, ce qui n’est pas nécessaire pour un petit nivellement.
  4. Que faut-il utiliser ? Un mélange de sable et de terre, ou de sable, de terre et d’engrais, pour le gazon, ou de sable, de terre, d’engrais, de fumier ou de compost si vous avez l’intention de l’utiliser pour le jardinage.
  5. Nivelez maintenant le sol en étalant le mélange de couverture à l’aide d’un râteau de jardin. Afin de vous assurer du niveau du sol, vous devez utiliser un ruban à mesurer et le niveau sur la tige du détecteur laser. Si la surface à couvrir est importante, vous pouvez louer du matériel de déplacement de sol de petite taille dans une quincaillerie locale.
  6. Compactez votre sol à l’aide d’un compacteur à plaque ou d’une dameuse.
  7. Laissez le sol se tasser pendant plusieurs jours. Si vous êtes pressé, 2 à 3 jours peuvent suffire. Pendant cette période, vous devriez pulvériser de l’eau sur le sol pour l’aider à se tasser rapidement. S’il pleut pendant ces jours, il n’est pas nécessaire de pulvériser de l’eau.

 

Si vous souhaitez niveler un terrain pour construire dessus, quelle que soit la structure à bâtir, il est important que le sol soit correctement nivelé et tassé, conformément aux réglementations de construction, qui peuvent exiger qu’il soit réalisé par une entreprise agréée ou approuvé avant le début de la construction. Vérifiez les règles d’urbanisme auprès de la mairie de votre commune avant tout travaux de nivellement ou de terrassement.

 

Comment mesurer la pente de votre terrain ?

Avant de commencer à aplanir votre terrain, c’est possible que vous aurez besoin de mesurer la pente. La pente peut être mesurée par le gradient, exprimé en pourcentage, ou par l’angle, exprimé en degrés. Vous devez mesurer la montée de la pente (la différence de hauteur entre le haut et le bas de la pente) et la course de la pente (la distance horizontale entre le début et la fin de la pente ou la partie marquée de la pente que vous mesurez).

 

  1. Pour mesurer la pente de votre terrain, placez un piquet au point le plus haut et le plus bas de la pente que vous mesurez. Placez des marqueurs dans le sol entre le piquet supérieur et le piquet inférieur, en les espaçant d’environ la longueur d’un piquet. Si le terrain est très pentu, les piquets doivent être plus rapprochés.
  2. Ensuite, attachez un morceau de ficelle au niveau du sol au piquet situé en haut de la pente. Attachez l’autre extrémité de la ficelle au piquet suivant dans la pente. La ficelle doit être plate entre les deux piquets. Utilisez un niveau à bulle et ajustez la ficelle jusqu’à ce qu’elle soit de niveau.
  3. Attachez un autre morceau de ficelle au bas du deuxième piquet et attachez-le à la troisième canne, en vous assurant qu’elle est entièrement droite. Continuez ce processus jusqu’à ce que vous atteignez le bas de la colline. Vérifiez à nouveau que les ficelles sont toutes de niveau.
  4. Ensuite, mesurez la longueur de la ficelle entre chaque piquet et additionnez-les pour trouver la longueur de la pente.
  5. Pour calculer la montée de la pente, mesurez depuis le niveau du sol du deuxième piquet en partant du haut jusqu’au point où le morceau de ficelle du piquet le plus haut est attaché. Ensuite, passez au troisième piquet en partant du haut, et mesurez la distance entre le bas de ce piquet et le point où le dard du deuxième piquet est attaché au troisième piquet. Continuez ce processus jusqu’à ce que vous atteignez le piquet le plus bas de la pente. Additionnez ces mesures et vous obtiendrez l’élévation totale de la pente.

Gradient de la pente

Une fois que vous avez calculé la montée et la descente de la pente, vous pouvez maintenant calculer la pente en divisant la montée de la pente par la descente de la pente. Vous multipliez ensuite votre réponse par 100, pour obtenir le pourcentage de la pente. Par exemple, une montée de 2 mètres divisée par une descente de 20 mètres = 0,1. En multipliant ce chiffre par 100, on obtient une pente de 10 %.

Angle de pente

Vous pouvez calculer l’angle d’inclinaison d’une pente à l’aide d’un rapporteur, en dessinant sur papier la montée et la descente de la pente. Utilisez une échelle appropriée pour convertir les unités de mesure en unités plus adaptées à une page. Par exemple, si vous divisez par 100 les 20 mètres de course et les 2 mètres de montée, vous obtenez 20 cm et 2 cm. Dessinez-les puis reliez les deux extrémités pour créer un triangle. Utilisez un rapporteur pour mesurer l’angle de votre pente en degrés.

Grâce à ces informations, vous pouvez déterminer si votre terrain nécessite un nivellement important, exigeant de gros outils, ou un nivellement simple utilisant les outils de base que vous pouvez trouver dans votre abri de jardin.

Read Full Article

Vous êtes à la recherche d’un système de chauffage performant et écologique ?

Pendant de nombreuses années, de nombreux équipements de chauffage ont été mis sur le marché. Malheureusement, la majorité d’entre eux n’étaient pas performant, ou pas écologique (soit les deux).

Le marché du chauffage n’était que peu régulé, les normes en vigueur étaient trop laxistes.

Mais depuis 2015 avec la norme EcoDesign, les choses ont changés. Il est désormais interdit de mettre en vente des produits dont les performances énergétiques sont trop faibles.

Aujourd’hui, je vais vous présenter le poêle à granulés soufflant, qui est fait partie de ces produits aux performances intéressantes, et qui est “nourris” avec des granulés, qui sont des matériaux de bois recyclés.

 

Le poêle à granule soufflant alias le poêle ventilé

Le poêle à granule soufflant (ou ventilé) est un poêle équipé d’un système de ventilation. La ventilation peut être positionné de 3 manières différentes sur le poêle. Et c’est en fonction de sa position que vous allez pouvoir déterminer la position du poêle dans votre habitat :

  • Ventilation par le haut : Positionnement central – idéal pour une maison à étage
  • Ventilation par le devant : Installation dans un coin ou face aux pièces à chauffer (idéal pour une maison de plain pied)
  • Ventilation par le bas : Positionnement central : Idéal pour les pièces hautes de plafond.

En général, pour une pièce de 100m2, des écarts de températures seront de 3°c maximum. Plus on s’éloigne du poêle, plus il fait froid. 

3 avantages du soufflant :

  • diffusion rapide de la chaleur : grâce à la ventilation
  • consommation de Granulés réduite : la diffusion de la chaleur étant accélérée, on a moins besoin de le chauffer et d’entretenir une flamme forte.
  • facilité d’allumage : La ventilation va créer un appel d’air qui va attiser les flammes.

Notez quand même que l’inconvénient principal du poêle à granule soufflant est qu’il fait du bruit. Si c’est quelque chose qui peut vous déranger, choisissez un poêle avec un système silencieux intégré.

En plus de bien vous chauffer, vous allez faire des économies. En effet, grâce à son système de ventilation, la chaleur va se diffuser plus rapidement dans votre habitat. Mais vous faites aussi des économies grâce à son rendement supérieur à 90% !

Vous faites un geste pour l’environnement car vous vous chauffez avec des matériaux naturel recyclés.

Dites nous dans les commentaires si vous avez choisis un poêle à granule soufflant pour vous chauffer. Et si oui, dites nous quelle marque, et ce que vous en pensez !

Read Full Article

La piscine naturelle fait partie de ces ouvrages que l’on peut réaliser soi-même. Ce n’est cependant pas un projet que l’on commence sur un coup de tête. L’autoconstruction d’une piscine naturelle nécessite un bon moment de réflexion et de préparations. Il faut aussi de solides connaissances de bricoleurs, mais cela reste à la portée de chacun. 

Comprendre le concept d’une piscine naturelle 

Le concept d’une piscine naturelle est tout à fait différent de celui d’une piscine classique. Il est question ici du développement d’un véritable écosystème qui va permettre de maintenir une qualité d’eau excellente pour la baignade. Cela va se reposer sur le principe du lagunage, qui est aussi utilisé dans le domaine de l’assainissement privé. 

En quoi consiste le lagunage ? Il s’agit de créer un espace où l’eau va pouvoir être filtrée sans usage de produits chimiques, mais par le biais de plantes aquatiques. Une piscine naturelle va ainsi se diviser en trois zones bien distinctes :

  • La zone de baignade : représente le tiers de la surface totale allouée à la piscine. 
  • La zone périphérique consacrée à la régénération de l’eau : elle sera moins profonde et comportera des plantes filtrantes qui seront en charge de la filtration de l’eau. Il est tout à fait possible d’incorporer des plantes décoratives dans l’ensemble.
  • La zone d’oxygénation : peuplée par des plantes oxygénantes ou même une petite chute. Cela va permettre l’exposition de l’eau aux UV du soleil et une meilleure purification de celle-ci. L’eau de la piscine naturelle va circuler lentement entre ces différentes zones. 

Il faut savoir que la construction d’une piscine naturelle ne prend pas autant de temps qu’on le penserait. C’est surtout le remplissage par l’eau de pluie, qui prend souvent du temps. Mais une fois que cela est fait, il ne reste plus qu’à fixer les plantes et à démarrer votre piscine naturelle. 

Bien préparer votre projet 

Vous l’aurez compris, la construction d’une piscine naturelle ne peut pas se faire du jour au lendemain. L’idéal serait de choisir une période avant la saison des pluies ou au tout début pour démarrer la construction. Mais il faut aussi passer par une étape de préparation avant de commencer quoi que ce soit. 

Vous devez en effet prendre en compte de nombreux facteurs pour la réalisation de votre piscine naturelle. Les dimensions que vous souhaitez avoir pour la piscine et l’espace dont vous disposez sont importants. Si vous voulez avoir 20m² de zone de baignade, vous devez prévoir au moins 60m² pour l’ensemble de votre bassin, 80m² étant l’idéal. Comment vous allez aménager l’ensemble, comment vous allez décorer ? Tout cela représente des points essentiels sur lesquels vous devez vous pencher.

L’idéal est de passer par cette phase de préparation en vous faisant accompagner par un professionnel des piscines naturelles ou tout simplement un paysagiste. Il vous aidera dans la conception des plans de votre piscine, dans le choix des plantes, leur implantation et vous donneront aussi des conseils avisés afin de réussir vos travaux. 

Les différentes étapes de l’autoconstruction piscine naturelle 

Une fois que vous avez choisi l’emplacement pour l’autoconstruction piscine naturelle, vous allez pouvoir commencer les travaux. Vous devrez donc creuser pour la création des bassins. Il vous en faudra deux, une pour la zone de baignade qui devra avoir une profondeur entre 1,50m et 2m. Et un autre bassin pour la zone de lagunage qui devra faire cette fois, 50cm de profondeur. 

Une fois que vous avez votre trou, vous allez devoir procéder aux travaux de maçonneries pour séparer les deux bassins, puis aux travaux nécessaires pour assurer l’étanchéité de votre piscine naturelle. La géomembrane est la plus conseillée de nos jours, pour ses performances et ses qualités. Une fois la membrane d’étanchéité en place, vous pourrez passer à la mise en place des parois.

Une fois que cela est fait, vous devrez procéder au remplissage de la zone de lagunage avec des roches et différentes plantes aquatiques, préalablement choisis pour leur propriétés filtrantes et oxygénantes. Le plus long sera d’attendre le remplissage par l’eau de pluie. Vous pouvez utiliser l’eau d’un puit si vous y avez accès. Après, il faudra encore attendre quelques semaines pour le développement de l’écosystème de la piscine. Mais une fois que cela est fait, vous pourrez profiter pleinement de votre piscine naturelle. 

La construction d’une piscine naturelle est une alternative toute aussi intéressante qu’écologique. En fonction des besoins de chaque usager, la gamme de prix peut varier d’une piscine à une autre, mais l’autoconstruction de votre piscine vous permettra d’épargner beaucoup. 

Read Full Article

Une piscine naturelle est un espace dédié à un écosystème naturel qui ne requiert aucun produit chimique pour le traitement de l’eau de baignade. Sa mise en place peut se faire facilement par le biais d’une entreprise certifiée mais aussi en auto construction. Pour définir le coût d’une piscine naturelle, différents paramètres sont à prendre en compte. Combien vous coûtera alors votre piscine naturelle ? 

Le naturel a un prix ? 

Difficile de donner un prix à une piscine qui n’en a pas. En effet, une piscine naturelle différera d’une autre en de nombreux points. Les dépenses ne seront pas identiques d’un propriétaire à un autre car les dimensions ainsi que les besoins sont spécifiques à chaque construction. Dans le milieu, on dit souvent que le naturel a un prix. 

Personne ne peut dire le contraire. Une piscine, naturelle ou classique reste un investissement. Vous devrez donc vous préparer dans tous les cas à débourser une somme assez conséquente. Evaluez tout d’abord les travaux à faire, vous pourrez ensuite déterminer la somme que vous devrez prévoir pour l’ensemble de la construction. Mais pour vous donner une petite idée de ce qui vous attend, sachez que la fourchette de prix se situe entre 300€ et 70 000€ d’une manière générale ! 

L’essentiel pour définir le coût d’une piscine naturelle 

Voici tout ce que vous devez prendre comme base pour la construction d’une piscine naturelle. 

  • Le terrassement de l’emplacement : évidemment, ce genre de travaux a un coût et la fourchette de prix se situe généralement entre 10€/m3 et 20€/m3. Le prix du terrassement se calculera ainsi en fonction de la superficie de votre terrain et aussi du volume de terre qu’il faudra enlever. 
  • La construction du bassin : la maçonnerie, le béton ou la membrane d’étanchéité et autres petites œuvres. Le choix de mettre en place une membrane d’étanchéité revient généralement moins cher que la solution du béton. Dans tous les cas, comptez entre 15000 et 40000€ rien que pour le bassin. 
  • L’écosystème : pour définir le coût d’une piscine naturelle, vous devez également prendre en compte le prix de la mise en place de tout l’écosystème quiservira pour la purification de l’eau. Pour cela, vous devrez vous procurer différents types de plantes, dont des plantes purifiantes et des plantes oxygénates. 

Il faudra aussi quelques bactéries et autres petits animaux, mais ces derniers se créeront d’eux-mêmes par la suite. Pour le prix, il faudra compter entre 20€ et 40€ par mètre carré. Il est indispensable de préciser que votre piscine naturelle ne sera pas fonctionnelle tout de suite après l’installation des plantes. Vous devrez laisser le temps aux plantes et aux bactéries de faire leur vie.

Enfin, pour évaluer correctement le prix d’une piscine naturelle, il faudra aussi prendre en compte les différents accessoires que vous devez mettre en place. Vous devez en effet prendre en compte la mise en place des différents filtres au niveau du bassin : les préfiltres multichambres, les préfiltres à médias filtrants et les préfiltres à grille sont nécessaires pour débarrasser l’eau des gros déchets. Nous conseillons également la mise en place d’une pompe, bien que cela ne soit pas obligatoire. Prévoyez 600€ à 1500€ pour cela. 

Enfin, il y a le côté décoration de la piscine. Bien qu’une piscine écologique, soit naturellement esthétique, ajouter quelques éléments de décoration ne fera pas de mal. Là, vous avez le droit de laisser libre court à vos besoins et vos envies. Mais attention, cela pourrait très bien se répercuter au bien-être de votre portefeuille. Prévoyez un budget en fonction de cela car la décoration n’est en rien obligatoire.

Professionnel ou autoconstruction ? 

Choisir un constructeur de piscine professionnel ou se lancer dans l’autoconstruction, quelle est la solution la plus économique ? Sans aucun doute, l’autoconstruction reste de loin l’alternative la moins coûteuse pour la construction d’une piscine naturelle. En effet, certaines personnes affirment n’avoir dépensés que 3000€ pour la construction de leur piscine naturelle. 

Une somme dérisoire pour certains, mais en autoconstruction, cela reste cependant possible. Il suffit de choisir les bons matériaux, de travailler dur, en s’aidant de quelques mains d’œuvre seulement. Néanmoins, vous devrez disposer de solides connaissances en bricolage et maçonnerie pour réussir. 

Opter pour les services d’un professionnel est beaucoup plus couteux, mais aussi beaucoup plus satisfaisant. Selon quelques tarifs constatés, une piscine de 50m² avec une terrasse en bois reviendra à 20000€ en moyenne tandis qu’une piscine de 100m² sera à 36000€, en restant modeste. 

Le coût d’une piscine naturelle variera ainsi beaucoup, en fonction des différents paramètres à prendre en compte. Dans tous les cas, prévoyez donc au moins 10 000€ pour en avoir une, aux dimensions modérés et sans trop de frivolités. 

Read Full Article